Relais del Maro

Notre Histoire

Chaque pierre de cet Albergo diffuso (Village hôtel) a une histoire à raconter…

La Casa Madre, qui remonte au début du XIXe siècle, est le siège central avec réception, restaurant pour le déjeuner, jardin avec piscine et 6 chambres. La structure originaire apparait dans les Statistiques du Département de Montenotte, rédigées par le préfet français Gilbert Chabrol de Volvic entre 1806 et 1812 (publié à Paris en 1824). Avant sa reconversion elle hébergeait la boucherie et les excellentes viandes servies par papi Peppin et mamy Evelina (encore aujourd’hui vous pouvez observer la plaque à l’extérieur qui porte le nom de Boucherie Amoretti – Macelleria Amoretti). Au premier étage il y avait, en revanche, leur maison où maman Piera était née et avait vécu et où Elena a grandi en passant ses étés avec sa grand-mère et sa tante.

De la Casa del Borgo c’est la terrasse qui retient l’attention, elle est idéale pour se relaxer en lisant un beau livre. C’est l’évolution de ces édifices fruits de l’aménagement planifié par messieurs Lascaris di Tenda. L’aménagement est celui originaire des XVe et XVIe siècles : au rez-de-chaussée il y avait les entrepôts et les étables, à l’étage supérieur une terrasse pour laisser sécher les denrées alimentaires. Aujourd’hui ce sont les entrepôts-atelier, qui par le passé hébergeaient le four, qui frappent, mais aussi le salon de coiffure de Tante Maria et les autres activités qui animaient le bourg.

La Casa del Fienile rime avec intimité et originalité. Vous pouvez la voir le long d’un des parcours qui remontent la colline en direction du côté supérieur de l’agglomération, vers Maro Castello. Elle est en plein virage : ce n’est pas une coïncidence si la forme rappelle celle d’un « quartier d’orange », la meilleure solution pour exploiter tout l’espace disponible. La maçonnerie intérieure remonte à l’époque du Moyen-âge tardif. Par le passé ici on laissait également sécher les bandes de chanvre, qui étaient utilisées ensuite pour réaliser des cordes navales ou des tissus de qualité.

 

Nous, autrefois

La Casa Madre (Maison principale)

casa madreVoici la grande maison principale avant sa reconversion en hôtel diffus. Le bâtiment à deux étages fait partie d’un petit hameau en-dehors de l’établissement principal. La maison apparaît déjà sur les gravures figurant dans l’ouvrage Statistique du Département de Montenotte, écrit par le préfet français Gilberto Chabrol de Volvic entre 1806 et 1812 et publié à Paris en 1824. L’illustration montre une perspective avec l’église, le pont et tout de suite après le pont, les maisons où se trouve notre Relais, probablement construites depuis peu à côté de la route au fond de la Valle du Maro. Le bâtiment est donc une structure du début du XIXe siècle, lié à l’extension du village au-delà du fleuve, qui n’est pas flanqué d’autres structures, étant donné que les propriétés situées en amont relèvent des familles les plus importantes de la ville. Dès le début, les rez-de-chaussée ont été destinés au commerce, sur la rue.

La Casa del Borgo (Maison dans le Bourg)

Celle-ci en revanche est la maison dans le bourg qui offre six chambres et une belle terrasse, idéale pour lire un bon livre en paix.
L’histoire de la maison
Borgomaro est une localité créée selon une planification établie, disposée en damier, voulue par les seigneurs du village, les Lascaris di Tenda. casa del borgo À l’origine, les maisons avaient toutes la même forme, avec un rez-de-chaussée à usage de magasins et d’étables, un escalier perpendiculaire à la route, généralement raide, avec les pièces à l’étage supérieur et souvent, une terrasse tout en haut, pour faire sécher les denrées alimentaires (le réfrigérateur n’existait pas encore) ensuite transformée en loggia couverte. La maison du Bourg a été rénovée au cours des siècles, principalement au XVIIe et au XIXe siècles, mais elle conserve son aspect d’origine, datant du XVe et du XVIe siècles. Elle donne sur la rue principale du village, qui aujourd’hui s’appelle Via Paolo Merano et est reliée en amont au bâtiment qui donne sur la Via Garibaldi. De la dimension verticale nous sommes passés à l’appartement horizontal, avec des espaces familiers définis. On remarque immédiatement le charme de la petite entrée et des magasins-boutiques aux rez-de-chaussée. Du reste, à la fin du XIXe siècle, le hameau accueillait aussi le four à pain de feu Giovanni Marvaldi. En face de l’entrée, il y avait la boutique de barbier de tante Maria, la sœur d’Evelina. Les hommes du village allaient volontiers chez elle pour se faire couper la barbe, elle était une artiste du rasoir à main. La famille est celle des Brioglio, l’une des trois exerçant des activités commerciales, de la « barbe et cheveux » à la « cordonnerie ». La famille Brioglio s’installa à Via Umberto I, maintenant Via Merano, dès la fin du XIXe siècle, avec la branche de Felice Giuseppe feu Giacomo. Là aussi, quiconque séjourne dans cette maison accomplit deux voyages : l’un réel, à Borgomaro, l’autre idéal, dans l’histoire.

La Casa del Fienile (Maison de la Grange)

casa fienile BorgomaroPour finir, la maison dans la grange, la plus éloignée mais la plus intime, la plus chaude.
L’histoire de la maison
Ce bâtiment est très singulier. Il se situe sur l’un des axes mineurs d’un parcours qui remonte la colline en direction du haut hameau, vers Maro Castello. Un coin, une maison en « quartier d’orange », en plein virage, volonté d’exploiter tout l’espace disponible. Le bas utilisé comme grange et entrepôt, avec des murs intérieurs remontant certainement à la fin du Moyen-Âge. S’élève ensuite presqu’en forme de maison-tour. Peu d’ouvertures, bien calculées, des plaques en pierre fixées dans un mur, le trou au centre, peut-être dû à la présence d’éléments en bois qui ont disparus désormais, mais aussi parce qu’on y mettait à sécher les écheveaux de chanvre, culture pratiquée autrefois en Ligurie occidentale. On fabriquait les cordages pour les navires ainsi que des tissus d’une qualité particulière.

 

L’Auberge Diffusé

 

Nous Aujourd’hui

 

La Casa Madre (Gran Maison Principale)

Nous avons essayé d’obtenir le maximum de confort en fonction des contraintes posées par les vieux bâtiments et de donner une nouvelle vie au style original des constructions où vous séjournerez. Des éléments faits à la main, un ameublement réalisé par de très braves artisans et des tissus peints avec une patience infinie ne représentent que certains des détails que, nous et notre architecte d’intérieur Julia (www.juliadesign.it) avons choisis pour vous, pour que vous vous sentiez à votre aise dans un lieu connu et familier dès le moment de votre arrivée.

La Casa del Borgo (Maison du Bourg)

De la réception on traverse le pont, on remonte la rue piétonne puis on tourne à gauche, en tout 90 mètres à parcourir et à pieds. L’adresse exacte est: Via Paolo Merano n° 69. La maison du Bourg se compose de six pièces, plus un salon situé au troisième étage. Pour les chambres 11 et 12, il faut monter seize marches, puis quinze autres marches pour les chambres 13, 14, 15 et 16.

Toutes les chambres de la Casa del Borgo sont très tranquilles car elles se trouvent dans un typique ‘Caruggio’ de la Ligurie ; cette route est pratiquement une route piétonne. Les chambres ont la vue sur les autres bâtiments du centre historique du village

 

La Casa del Fienile (Maison du Fienile)

En continuant à monter pendant 40 mètres, on arrive au troisième bâtiment qui compose l’hôtel diffus, la maison Fienile. C’est sans doute le plus historique : ici, déjà au XIVe siècle, on cultivait le chanvre pour fabriquer des cordes et d’autres produits. Aujourd’hui, la maison Fienile offre 2 chambres, peut-être celles qui se rapprochent le plus de l’âme authentique du Bourg.

 

Le Relais

BEST RATE GUARANTEED